Tenu à L'Auberge de jeunesse de Bonn – Venusberg
Du 20 au 22 juin 2003
Thème « RETOUR ET RÉINTÉGRATION AU CAMEROUN »
Organisé par ZAV / WUS
Intervenants - Mlle Arlette EPANYA (PARIC)
- Prof. Dr. Yves LAMOUR (Karlsruhe)
- Dr. Jutta VOIGT (WUS)
Participants 32




Ces rencontres avaient pour objectif :


- d’informer et de sensibiliser les immigrés camerounais d’Allemagne sur les opportunités d’emploi au Cameroun par le biais du FNE et plus spécialement à travers le programme PARIC
- d’identifier les besoins et attentes des immigrés quant à leur retour et à leur réintégration.

Déroulement des activités
Vendredi, 20 juin 2003


- Arrivée des participants et intervenants
- Discours d’ouverture par la Représentante de la WUS avec présentation du déroulement du programme
- Présentation des participants avec liste de présence, présentation des intervenants
Samedi, 21 juin 2003


- Ouverture de la 2ème journée par la Représentante de la WUS et présentation de l’intervenant
- Intervention de la Responsable PARIC :


? Remerciements aux partenaires allemands, à l’assemblée
? Présentation d’excuses pour l’absence du Directeur Général oeuvrant pour lapromotion de l’emploi sur la scène internationale
? Présentation du FNE à travers ses programmes phares PED, PADER, PARIC
? Présentation du programme PARIC : objectifs, statistiques, secteurs-clé des insertions, mesures d’appui et outils de sensibilisation, apport candidats PARIC en emploi salarié comme en auto-emploi ou micro-entreprise.
? Contribution personnelle de la Responsable PARIC à ces travaux à travers sa propre expérience et étant soi-même un « produit » PARIC.


- Exposé de Mlle Arlette EPANYA (PARIC) sur le marché du travail au Cameroun :


? Généralités sur le Cameroun : statistiques sur population (+ Yaoundé et Douala), superficie, densité, PIB, PIB/hab.
? Statistiques sur taux de chômage, mesures positives de soutien aux initiatives locales ou étrangères pour stabiliser ce taux.

Les facteurs incontournables dans l’économie camerounaise et les dangers pouvant freiner l’activité économique:
? L’influence démographique : statistiques sur population essentiellement jeune et majoritairement féminine, statistiques sur fléau VIH – tirer la sonnette d’alarme !
? L’activité industrielle et commerciale qui se concentre sur Douala, avec son ouverture stratégique sur la mer, mais qui provoque un déficit continuel de la main-d’œuvre agricole avec l’exode massif enregistré
? Main d’œuvre qui doit être de plus en plus qualifiée, politique gouvernementale qui restructure un système éducatif qui, jusque là, privilégiait l’enseignement général au détriment de l’enseignement technique.

Les déterminants de l’offre et la demande conditionnent en grande partie le niveau de l’emploi au Cameroun :
? Offres : grâce à la progression des activités dans les secteurs BTP, NTIC, industrie agro-alimentaire, électronique-électrotechnique, maintenance…
? Demandes : grâce à la fermeté de la consommation privée en milieu urbain, de la nouvelle convention collective des entreprises, des recrutements dans les forces armées ou secteurs prioritaires (santé, éducation)…

Le tout coiffé des différents projets dans l’initiative de la réduction de la dette des pays pauvres très endettés (PPTTE), générateurs d’emplois.
? Les organismes pour la promotion de l’emploi : l’Observatoire National de l’emploi et la formation professionnelle, le FNE (PARIC), les offices de placement publics ou privés ;
? Statistiques sur salariés, critères d’embauche quantitatifs et qualitatifs
? Mesures d’appui gouvernementaux pour création d’entreprise : exonération des droits d’enregistrement entre autres, étude primordiale de l’environnement économique (infos GICAM, OHADA…), données sur mesures de soutien financier du FNE en création d’entreprise
Recommandations générales et remerciements.


- Exposé du Prof. Dr. Yves LAMOUR sur les stratégies de création d’entreprise :


? Exposé essentiellement basé sur l’initiative propre de l’individu et non rejeter tout sur le dos du gouvernement et les motivations qui poussent à l’auto-emploi ; Prof. Lamour fait le constat que de plus en plus d’étudiants rentrent dans leur pays d’origine vers la trentaine, quarantaine, au moment où ils ne sont plus actifs dans la société allemande, réfractaire à l’intégration et où ils sont sujets e. a. à des compressions. On note donc une catégorie de « bons » étudiants qui trouvent un emploi au Cameroun ou s’installent à leur propre compte après leurs études ou les « réfugiés économiques » qui se sacrifient en restant définitivement dans le pays d’accueil.

? Propositions de solutions envisageables :
- Pendant les études, il faut créer une diaspora africaine et camerounaise pour créer des projets en Afrique ou faire don des connaissances propres (exp. : chez les médecins, création d’une liste de volontaires pour soigner à titre bénévole, création de projets en partenariat avec organismes allemands)

- Exploiter les connaissances acquises (exp. : ne pas seulement apprendre à assurer la maintenance d’un appareil, mais aussi apprendre à le construire comme le fait la Chine avec les appareils électro-ménagers.

- Mobiliser les ressources nationales, détecter les possibilités et recadrer ses atouts professionnels (exp. : un professeur d’université détenant la 1ère usine locale de confitures ayant fait le constat que les hôtels locaux proposaient aux touristes étrangers de la confiture à base de fruits qu’on retrouve en Europe pour mettre à l’aise leur clientèle au lieu de leur présenter des pots aux arômes exotiques afin d’aiguiser leur aventure touristique dans un nouvel cadre de vie)

- Lever les barrières ethniques en assurant une intégration régionale, nationale et internationale et création d’une platte-forme locale pour resserrer les échanges, lever les contraintes diverses rencontrées lors d’une création d’entreprise en faisant une étude approfondie de l’environnement économique.

- Les ressortissants camerounais demeurant à l’étranger qui ne veulent plus rentrer à cause des mauvaises conditions économiques, peuvent également contribuer, bénévolement ou non, en réunissant des fonds pour la réalisation de projets diversifiés afin d’améliorer ces conditions.


? Intervention d’un candidat sur sa propre expérience de porteur de projet en Inde qui a aboutie sur un partenariat.


Prof. Lamour a terminé son exposé en nous contant sa propre expérience. Après avoir vécu près de 20 ans en Allemagne, Mr. Lamour va s’installer en Angleterre (pays d’origine de son épouse) pour ouvrir un cabinet de consulteur pour le management des eaux, déchets et énergie.
Pour son projet, il va s’associer à un avocat pour, d’une part, se partager les charges, d’autres part, il a trouvé en son partenaire un bon contact utile du point de vue juridique. Par la suite, il s’est également engagé à donner une part de ses revenus à la réalisation de projets à Haïti (dont il est originaire) ou à la communauté haïtienne largement représentée aux Etats-Unis. Sur ces termes, Prof. Lamour a une fois de plus invité l’assemblée à beaucoup plus d’initiative dans la création d’entreprise.
Dimanche 22 juin 2003


- Ouverture de la 3ième journée par l’exposé de la Représentante de la WUS sur les prestations de la WUS et de la ZAV ainsi que des mesures d’accompagnement de ces organismes respectifs pour faciliter le retour et la réintégration socio-professionnelle des camerounais formés ou ayant travaillé en Allemagne.


? A partir du 01 juillet 2003, les Camerounais ayant reçu une bourse allemande peuvent aussi adresser une demande d’aide au retour à la ZAV.

? En ce qui concerne le programme de dotation en matériel technique, les demandes doivent être envoyées à la WUS 2 ans au plus tard après que le candidat soit définitivement rentré et non plus 4 ans.

? Des réflexions faites sur la subvention salariale, si elle doit être accordée si le salaire de base au Cameroun est élevé et sur les données personnelles du candidat, si il/elle a eu des antécédents avec la justice et/ou est en situation irrégulière pour être autorisé à faire une demande.

? Le matériel technique devrait essentiellement être commandé au Cameroun à cause du suivi, de la maintenance des appareils.



Mme VOIGT a clôturé son intervention en faisant part des mesures drastiques prises par le Ministère fédéral allemand pour la coopération dans le cadre de l’aide au développement qui, à cause de la crise économique en Allemagne, a rayé tous les financements de projets de création d’entreprise en Afrique, Amérique et Asie et un bon nombre d’autres projets, soulignant par là les limites de son champ d’action, de plus en plus réduit. Néanmoins, elle s’est engagée à demeurer active à la WUS pour les étrangers du monde entier.

- CLOTURE DU SEMINAIRE PARIC : par la représentante de la WUS. Mme VOIGT a distribué des fiches d’appréciation aux participants qui ont été globalement satisfaits du séminaire.

- Les intervenants de la soirée informative à Francfort du 23 juin 2003 ont également traité la problématique du retour et de la réintégration des immigrés camerounais : Mlle EPANYA (FNE – PARIC), Mlle Julia BOGER (WUS), Mr Gerd MÜLLER (ZAV). Mr Torsten JÄGER (WUS) et le Représentant du Service Académique pour étrangers ont donné des informations complémentaires sur la possibilité de prolonger le séjour en Allemagne après les études à travers l’obtention d’une GREEN CARD dans le domaine informatique ou en absolvant un stage de 24 mois autorisé par l’Administration allemande.



On retiendra les points essentiels :

? Création d’un forum sur site PARIC pour répondre aux diverses questions des candidats et recueillir diverses suggestions pour améliorer le programme quant aux modalités de départ, aux procédures d’équivalence de diplômes, aux candidatures pour les offres PARIC etc.

? Réactualisation du guide au retour de l’immigré avec beaucoup plus d’infos et d’adresses utiles sur la création d’entreprise et dispatching de ce document aux partenaires, aux ambassades et consulats du Cameroun en Allemagne et de l’Allemagne au Cameroun et création d’un catalogue listant les anciens d’Allemagne et leurs activités respectives.

? Contacter les associations camerounaises en Allemagne pour échanges d’informations, aussi bien sur les opportunités d’emploi au Cameroun que les projets envisagés au Cameroun par les ONG ou investisseurs allemands.

? Suggestion d’un partenariat entre les Chambres de commerce allemande et camerounaise.

? Suggestion concernant l’acquisition d’un poste au Cameroun à travers des stages ou d’un volontariat en entreprise au regard de l’expérience professionnelle souvent exigée par les chefs d’entreprise.

? Suggestion de remettre le matériel doté aux PARIC et non aux employeurs après les 2 ans d’activité professionnelle pour ceux qui souhaitent créer leur propre structure afin de compenser le manque de soutien des partenaires pour le financement des projets.

? A la fin de ces rencontres, les partenaires allemands nous ont fait part de leur satisfaction quant au programme PARIC et à son apport bénéfique à la communauté camerounaise d’Allemagne et nous ont invité à plus d’engagement dans notre travail pour faire bénéficier ce programme à beaucoup plus de camerounaises et camerounais. Nos partenaires allemands ont été également transmis leurs chaleureuses salutations à Mr le Président du Conseil d’administration et à Mr le Directeur Général ainsi qu’aux différents responsables et personnes engagées dans le programme PARIC.