FNE - infos - A la Une

moutecamille

 

Comment peut-on définir le chômage ?
Le chômage est le fait d’être en âge de travailler (15 ans ou plus), d’être sans emploi, disponible pour travailler et à la recherche effective d'un emploi. Attention à ne pas confondre le chômage et le sous-emploi, qui correspond à un niveau de l’emploi en dessous du potentiel d’une personne en particulier ou d’une économie en général. Les personnes en sous-emploi travaillent ainsi à temps partiel et récoltent des revenus partiels. Elles font néanmoins partie de la population active occupée et ne sont donc pas comptées parmi les chômeurs.

 

Qu'entend-on par offre d'emploi ?
Une offre d’emploi est l’expression de la décision d’un employeur de recruter à un poste de travail vacant. Cette expression peut être écrite, verbale, ou digitale. Les offres d’emploi sont ainsi des postes à pourvoir rendus disponibles

 

Qu’est-ce qu'il faut pour accroître l'offre d'emploi au Cameroun ?
Pour accroître l’offre d’emploi au Cameroun, il faut créer et mettre en œuvre des activités qui génèrent des emplois. Ces activités concernent :

  • les nouvelles entreprises (surtout intégrées à forte valeur ajoutée manufacturée),
  • les extensions dans les entreprises qui existent et qui se développent,
  • les infrastructures (routières, ferroviaires, Btp, etc.)
  • les activités sportives, culturelles, touristiques, artistiques,
  • les travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre dans l’assainissement, l’adressage et les aménagements en zone urbaine ou rurale. En bref, une économie qui crée des emplois est une économie qui crée des activités à fort potentiel d’emplois à offrir.
    Ceci nécessite:
  • du côté des gouvernements, des politiques efficaces, des stratégies bien conçues et des programmes et actions nombreuses et ciblées, et bien sûr des organismes solides pour leur exécution sur le terrain.
  • du côté du secteur privé, des entrepreneurs dynamiques et en nombre important pour créer le maximum d’emplois.

 

Que fait le Fne pour résoudre le problème de chômage au Cameroun ?
Le Fne est l’un des dispositifs nécessaires de lutte contre le chômage. Il ne peut résoudre seul ce problème, car il ne crée pas des emplois. Toutefois, il a mis en place des stratégies ciblées, des méthodes et procédures, de nombreux programmes visant chaque catégorie de chômeurs ; le tout soutenu par des outils et supports des plus divers, et aussi ciblés selon la population concernée. La première mesure pour lutter contre le chômage est la facilitation de la rencontre entre ceux qui cherchent des emplois et ceux qui offrent ces emplois. C’est ce qu’on appelle ‘’l’Intermédiation’’ entre les chômeurs et les entrepreneurs. Cette intermédiation est le cœur de métier du Fne. C’est notre travail de tous les jours et ceci a permis à 610 650 personnes sur 891 342 inscrites dans notre base de données de trouver du travail.

A côté de cela, le Fne ne se contente pas d’attendre que les entrepreneurs offrent des emplois ; nous avons une action foisonnante pour augmenter cette offre d’emplois sur le marché à travers plusieurs programmes.

A titre d’exemple, pour des personnes qui veulent créer leurs propres activités, nous avons le «Programme d’Appui à la Micro Entreprise et à l’auto emploi » dénommé (Pame). Pour celles qui veulent exercer dans l’agriculture et l’élevage nous avons le «Programme d’Appui au Développement des Emplois Ruraux»(Pader). Nous avons aussi le «Programme de Parrainage des Micro Entreprises» dénommé (Micropar), qui a pour but de mettre en contact une entreprise qui commence avec un entrepreneur qui a réussi, afin que ce dernier la soutienne. Pour les jeunes diplômés nous avons le « Programme Emploi Diplômé » dénommé « PED », qui permet au jeune d’acquérir un métier, une expérience, à travers un stage en entreprise. Pour résorber le chômage de masse en zone urbaine, nous avons l’ « Urban Special Employment Program» dénommé (Usep), ou programme spécial pour l’emploi urbain, qui consiste à réaliser des travaux d’assainissement et d’embellissement des villes à travers l’utilisation d’une forte main-d’oeuvre de proximité (approche Himo – Haute Intensité de Maind’oeuvre). Nos compatriotes de la diaspora ne sont pas en reste, avec le «Programme d’Appui au Retour des Immigrés Camerounais» (Paric). Nous développons aussi une vaste action, pour permettre à ceux qui cherchent un emploi, d’acquérir les compétences requises pour occuper un poste de travail ; ceci à travers nos programmes de formations qualifiantes dans de multiples domaines. Enfin, pour ne pas tout citer, nous mettons à la disposition du marché du travail des informations utiles pour les chercheurs d’emploi, pour les entreprises, et aussi pour les élèves, les étudiants, les futurs entrepreneurs et les promoteurs, afin de mieux les orienter dans leurs futurs « projets professionnels ».

 

Quel est le bilan du Fne dans l'insertion des jeunes depuis sa création ?
A ce jour, le Fne a inséré plus de 488 000 jeunes, dont près de 386 000 en emploi salarié, et près de 56 000 en auto-emplois, soit 3 786 en micro entreprises individuelles et 52 053 en auto-emplois groupés (Pader).

Source : Infomatin, n° 148 du mardi 03 Octobre 2017